Durcissement de la reconnaissance des écoles de journalisme

Publié le par Chloé

En juillet dernier, le CNPEJ (Commission Nationale Paritaire de l'Emploi des Journalistes) a décidé de revoir les conditions d'attribution de la reconnaissance des écoles de journalisme par la profession. Rappelons qu'aujourd'hui douze écoles sont reconnues (ESJ, CFJ, IPJ, Celsa, CUEJ, IFP, EJCM, IUT de Lannion, ICM, IJBA, IUT de Tours, EJT). Les reconnaissances sont réexaminées tous les cinq ans.

Les écoles ont jusqu'au 30 octobre pour se conformer aux nouvelles directives si elles souhaitent conserver leur reconnaissance.

Désormais, l'insertion des diplômés est primordiale. L'école devra fournir des statistiques sur le devenir de ses diplômés. L'existence d'une association des anciens élèves sera également primordiale, ainsi qu'une bourse aux emplois.

Le contenu des études sera également vérifié. Les écoles devront fournir l'emploi du temps des étudiants, ainsi que le budget des heures payées, afin de vérifier les heures d'enseignement effectivement effectuées.

Grande nouveauté, les formations non initiales (formation continue ou en apprentissage) pourront être reconnues.

Le but avoué de la réforme est de limiter le nombre d'écoles reconnues, et donc de limiter le nombre d'étudiants issus de ces formations sur un marché du travail guère florissant. Les critères de reconnaissance n'avaient pas été reformés depuis 2001.

Pour rappel, les 10 critères de reconnaissance de la profession : 

Critère 1 :

La CNPEJ instruit la demande de reconnaissance d’un établissement d’enseignement à la condition que deux promotions de diplômés aient pu bénéficier du cursus de formation initiale, objet de la demande.

Critère 2 :

La reconnaissance de l’établissement d’enseignement est subordonnée à la mise en place d’un conseil pédagogique paritaire dans lequel siègent des représentants désignés par les organisations professionnelles et syndicales signataires de la convention des journalistes.

Ce conseil veille à la séparation effective entre la filière d’enseignement du journalisme et toutes autres filières. (...) II se réunit au minimum trois fois par an.

Critère 3 :

L’établissement d’enseignement dispense une formation générale au métier de journaliste d’au minimum trois semestres, répartis sur deux années civiles, et incluant des parcours d’approfondissement à la pratique des différents médias d’information.

Cette formation est sanctionnée par un diplôme reconnu par la profession.

Critère 4 :

L’exercice du métier de journaliste requiert une culture générale permettant la compréhension du monde contemporain et un esprit critique ;une bonne maîtrise écrite et orale de la langue française ;une connaissance satisfaisante d’au moins une langue étrangère.

Les enseignements généraux s’attacheront à développer ces trois pré-requis.

(liste complète des enseignements disponible ici

Critère 5 :

Mise â disposition de tous les élèves de moyens techniques (matériels, locaux, ...) et pédagogiques en correspondance avec la diversité des enseignements dispensés. Ils doivent être de qualité professionnelle pour mettre l’étudiant dans les conditions d’exercice de son futur métier.

Critère 6 :

Les enseignements doivent être dispensés par un corps professoral compétent, composé de professionnels ou de spécialistes de chaque discipline.

Critère 7 :

Le cursus de formation doit comprendre obligatoirement au moins deux stages pratiques dans des médias d information, chacun d’une durée minimale de huit (8) semaines. Ils participent des conditions d’obtention du diplôme. (...)

Critère 8 :

Un dispositif d’accompagnement pour l’insertion professionnelle des nouveaux diplômés est organisé par l’établissement.

Critère 9 :

La reconnaissance est sujette à réexamen tous les cinq ans minimum, sur la base d’un rapport triennal adressé à la CNPEJ sur l’application des critères de reconnaissance. Dans l¹hypothèse d’un retrait de la reconnaissance, la (ou les) promotion(s) en cours continuerai(en)t de bénéficier des avantages afférents.

Critère 10 :

Les frais d’inscription et de scolarité doivent être accessibles au plus grand nombre. 




Photo : Facade du CFJ
Source : Institut Boivigny 

Publié dans Ecoles de journalisme

Commenter cet article

Chloé 07/10/2008 20:28

Je ne comprends pas trop ce que tu veux dire. Sciences Po est une bonne porte d'entrée vers le journalisme, ou plutôt vers les écoles de journalisme (c'est mon cas). Mais, mis à part le master (qui va bientôt devenir une école) journalisme de Sc Po Paris, aucun cursus IEP ne peut être labellisé comme étant reconnu par la profession. Car les règles de reconnaissance sont strictes (voir mon article), et que Sciences Po est un cursus qui reste très généraliste, et préparant à une multitude de métiers. Il est vrai que traditionnellement, ce cursus mène à la fonction publique et au journalisme, mais la majorité des étudiants partent dans d'autres directions (écoles de commerce, communication privée/publique/politique, management culturel, ONG, recherche, enseignement, expertise ...)

Lunack 07/10/2008 19:31

Je suis surpris de voir qu'on ne parle pas de sciences po. Il me semble que ceux qui ne s'oriente pas vers la fonction publique , s'orientent vers le journalisme.