Enquête sur le système Morandini

Publié le par Chloé

Télérama vient de sortir une enquête très intéressante sur le système Morandini

Morceaux choisis et commentaires :


"Début août, Jean-Marc Morandini a passé un savon à l'AFP. La prestigieuse agence de presse lui aurait chipé une info sur son blog, jeanmarcmorandini.com. Un « geste très peu confraternel », déplore l'animateur. Car Morandini est fier de ses scoops."


"La force de Jean-Marc, c'est d'être un Français moyen, résume Emmanuel Maubert. Il ne parle pas en spécialiste, du coup, les auditeurs se reconnaissent. » Le 15 septembre, jour de la faillite de la banque Lehman Brothers, il ne s'intéresse qu'à la « taxe pique-nique » sur les gobelets et les couches-culottes (« C'est encore le consommateur qui va se faire pigeonner », souffle-t-il en conférence de rédaction). Pas besoin de cogiter pour être populaire : Mme Michu, c'est lui.

Mme Michu, c'est l'autre petit nom de la ménagère de moins de 50 ans dans le petit monde des médias. Morandini use des ficelles de la proximité, un peu comme dans les médias locaux : parler de la vie quotidienne, des préoccupations de monsieur-madame tout le monde. 


"C'est là que la rédaction grince. Intervieweur tonique, à l'aise dans l'improvisation, Morandini est connu pour n'être ni intello ni cultivé. En novembre 2007, dans une émission de Laurent Ruquier, il se montre incapable de reconnaître les ministres du gouvernement sur photo. Il préfère le scoop à la précision. « Au fond, il n'a pas l'esprit journalistique, ce respect sacré de la vérité, analyse une reporter d'Europe 1.C'est plutôt un bateleur qui sait vendre une info, sinon la survendre. » " 

J'avais vu l'émission à l'époque, et voir le nouveau présentateur de la tranche d'info du midi être incapable de reconnaître les ministres, ça m'avait fait un peu peur ...


"Ce n'est pas le cas ailleurs, sur le blog ou sur Direct 8, qui cavalent sans garde-fou. Morandini a installé des jeunes aux commandes. Cheveux gominés, sourire, pas de diplôme. Ils apprennent sur le tas, et tant pis pour l'orthographe et les infos non vérifiées. Le responsable du blog, ex-stagiaire à Direct 8, est un « type charmant qui passe systématiquement tous les communiqués qu'on lui envoie »,raconte une attachée de presse de France Télévisions. Manifestement, on est loin du Canard enchaîné. Sur Direct 8, l'un de ses chroniqueurs, recruté alors qu'il était animateur-DJ dans un camping, a même été mis à pied en juillet pour s'être procuré des photos du loft de Secret story auprès d'un agent d'entretien d'Endemol. Sur Europe 1, Morandini fait travailler trois stagiaires à plein temps, peu payés, qui ont chacun trois programmes à regarder chaque soir à la télévision pour concocter le zapping du lendemain. Le reste de la journée, ils lui rédigent les questions de ses interviews. « Les stagiaires, c'est la base du système Morandini, note l'un de ses anciens collaborateurs. Sans ces petites mains, il ne pourrait pas cumuler autant d'activités. » " 

Ah, les stagiaires ! Il y a trois ans, j'avais vu une annonce de stage dans l'émission de Morandini. Six mois, sans aucune, je dis bien aucune indemnité. Bref, il fallait bosser gratos. Aujourd'hui, avec la nouvelle législation, je pense que ça a dû passer au 30% du SMIC, mais ce n'est quand même pas terrible quand on fait vivre une émission de radio ... L'article semble sous entendre que Morandini n'est pas très regardant sur ses stagiaires. "Pas de diplôme -en journalisme ?-, mauvaise orthographe, infos non vérifiées" et surtout  "Le responsable du blog, ex-stagiaire à Direct 8, est un « type charmant qui passe systématiquement tous les communiqués qu'on lui envoie »", bref, absolument pas professionnels. Je rassure, les stagiaires ne sont pas tous comme ça, mais là apparemment le recrutement doit se faire n'importe comment. Ou alors les étudiants en journalisme ne veulent pas bosser pour Morandini ?


"Morandini est une marque, déclinable sur différents supports, avec les mêmes informations, parfois inédites, souvent piochées dans les journaux et non recoupées (« Si un journal publie une info, je n'ai pas de raison d'en douter. Et de toute façon, je n'ai ni le temps ni les moyens de la vérifier »)."

Et là, tous les étudiants en journalisme de France tombent de leur chaise. La vérification, ce n'est pas le BA-ba du métier ?


Et ça continue (encore et encore) tout au long de l'article dont je vous recommande chaudement la lecture !

Pour avoir une idée du site de Morandini : C'est par là 

Publié dans Multi-médias

Commenter cet article

Neekolle 03/10/2008 22:11

Moi aussi j'aime bien Morandini je ne regarde pas son émission télévisée mais celle qu'il fait en fin de matinée en direct sur Europe 1 il est très honnête comme journaliste et n'hésite jamais à se faire l'avocat du diable pour faire avancer le débat. Quand à Télérama, je n'aime pas ce torchon ni les journalistes qui y travaillent. La critique est facile mais l'art est difficile.

marithé humour 03/10/2008 21:29

j'aime bien Morandini...il ne se prend pas la tête et dit ce que nous les mères michu pensons .. ou ce que l'on pensait des séries Tv ou d'autres ...


bonne soirée