Le Monde accumule les bourdes

Publié le par Chloé

C'est quand même gravement la honte. Depuis quelques temps, le Monde accumule les bourdes en Une de son journal.

Il y a deux semaines, le Congrès américain devait voter le plan Paulson, première mouture. Le Monde n'hésite pas, et met en une que le plan a été adopté. Sauf que ça n'a pas été le cas ... 
Etrange posture. Généralement, le journal use du conditionnel quand il parle d'un évènement qui n'a pas encore eu lieu au moment du bouclage. Les prédictions du futur, même hyper proche, ne sont pas vraiment compatibles avec le journalisme. Pour le coup, le journal s'est excusé en expliquant qu'il paraissait tellement logique que le plan soit voté qu'ils n'ont pas hésité à mettre de l'indicatif dans leur texte. Erreur, erreur ... Encore une bonne leçon pour les apprentis journalistes dont je fais partie.

Deuxième bourde, pour moi de loin la plus incroyable. A propos de la non extradition de Marina Petrella, le Monde parle de "Cécilia Bruni Sarkozy". Oui, Cécilia Bruni Sarkozy. En une. Je veux bien que la vie sentimentale de notre président soit agitée, mais il a des limites. Aller mélanger Cécilia Attias et Carla Bruni, c'est fort de café. Je veux bien croire que l'auteur du papier ait fait une confusion, un lapsus. Mais il y a quand même des gens qui relisent les papiers non ? Comment un truc pareil peut-il passer sans que personne ne s'en rende compte ?

Dernière bourde en date, l'auto-promo du journal pour son hors série sur la Première Guerre Mondiale. "Il y a quatre-vingts ans, la Première Guerre mondiale prenait fin." 1918+80= 1998. Et pas 2008. La Grande Guerre a pris fin il y a 90 ans ... Là encore, personne pour corriger ?

De telles erreurs dans le journal dit le plus sérieux et le plus fiable de France, cela fait peur. Cela met surtout en exergue le grand danger qui touche les rédactions depuis plusieurs années : la disparition des correcteurs. Au nom de la rentabilité, on supprime ces postes, et on demande aux journalistes de corriger eux-mêmes leurs copies. Car le correcteur, que faisait-il ? Outre la vérification de l'orthographe, il n'hésitait pas à sortir encyclopédies et dictionnaires pour vérifier que les dates ou les faits soient rigoureusement exacts. Un poste indispensable, et pourtant sacrifié ... On en voit aujourd'hui le résultat.
 

Publié dans Presse écrite

Commenter cet article

Julien 02/01/2009 10:30

Il n'y a plus que les étudiants pour penser que Le Monde est encore le journal de référence (le + sérieux de France). Cela fait en réalité un petit moment que ce n'est plus le cas. Le Monde n'a plus la prétention de donner les infos du lendemain mais à peine de traiter celle de la veille, voire de l'avant veille.
Aucun quotidien n'a pris le relais. Mais on peut dire qu'en éco, Les Echos sont leader, en politique internationale, c'est Le Figaro, en tendances sociétales c'est Libé, en faits divers Le Parisien...ne reste plus que la politique intérieure au Monde. Et encore ils n'ont pas toujours les infos du Canard Enchaîné.

Bruno 23/12/2008 17:03

Désolé Nico mais le jus, le terrain, les coups de bourre et la pression du bouclage n'ont jamais été des excuses pour un travail baclé. C'est vrai que ce métier est ultra-exigeant dans la mesure où nos lecteurs nous jugent chaque jour, mais faut aussi avoir l'humilité de reconnaître nos erreurs. Alors oui, des bourdes, on en a tous fait, ou on en fera. Et que celui qui n'a jamais "bourdé" me jette la première pierre. Mais bon, pris la main dans le pot de confiture, faut savoir rester beau joueur... Et autoriser les futurs journalistes à juger leurs aînés. Tu prendras ta revanche en disséquant le premier papier publié de notre chère Chloé.

Nico 07/12/2008 12:00

C'est facile de s'insurger lorsque l'on est étudiant... On en reparle lorsque tu seras dans le jus, sur le terrain et que toi aussi tu laisseras passer des énormités parce que tu n'auras pas le temps nécessaire pour prendre du recul.

Chloé 21/10/2008 22:09

C'est ce qu'on appelle un journal du soir ;) (même si ça serait plus juste de dire un journal de l'après-midi, voire du midi vu qu'il est bouclé vers 12h ...)

jyelka 21/10/2008 21:55

Tu oublies que le monde est sans doute le seul journal au monde qui a la prétention de donner les informations du lendemain. L'avenir n'est plus ce qu'il est de nos jours.

Pour rappel, le monde parait l'après midi et est daté" du lendemain.